Mammillaria elongata épines jaunes

Racines nues

Tiges vert tendre épines jaunes en étoiles.

 

Plus de détails

1,75 € TTC

Livraison: 7 à 12 jours

  • Ø 5,5 cm
  • Ø 8 cm
  • de -5° à -10°

En savoir plus

**Description**

Plante à tiges colonnaires vert tendre. Les épines au nombre de 12 à 20, de couleur jaune, radiales sont disposés en étoile et plaquées contre la plante. Fruit rouge.

**Habitat**

Hidalgo au Mexique.

**Exposition**

Luminosité vive.

**Arrosage**

Arrosez 2 fois par mois de mars à septembre, et laissez le sol au sec durant l'automne et l'hiver.

**Tolérance au Froid**

-10 °C.

Livré à Racines Nues. 


Traduction de la description de Rose et Britton dans " Cactaceae" (1919)

Neomammillaria elongata (De Candolle).

Densément cespitoseux, formant de petites touffes, dressées, ascendantes ou prostrées, de 3 à 10 cm de. long, 1 à 1,5 cm. de diamètre, presque recouvertes d'une masse d'épines imbriquées; tubercules disposés en quelques arcs, généralement en spirale, courts, leurs aisselles nues; épines généralement toutes radiales mais parfois avec 1 épine centrale, jaune ou marron, plus ou moins recourbées, de 8 à 12 mm. longue;épine-aréoles pubescentes quand elles sont jeunes; fleurs dans la partie supérieure de la plante, blanches ou presque, de 6 à 7 mm. de longueur;
périanthe-segments environ 12, assez large, obtus ou parfois apiculé.
Localité type: Mexique.
Distribution: Est du Mexique.
Mammillaria supertexta rufa fait référence à M. elongata intertexta par Labouret (Monogr.Cact. 68. 1853).
Mammillaria caespitosa a été répertorié pour la première fois par De Candolle (Prodr. 3: 460. 1828). Il apparaît ensuite en 1830 comme synonyme dans une liste des cactus du jardin botanique de Berlin.
En 1837, Pfeiffer (Enum. Cact. 6) l’a désigné comme synonyme de M. echinata densa.
Les trois variétés Mammillaria tenuis arrecta, M. tenuis oerulescens et M. tenuis derubescens étaient des noms de jardins du jardin botanique de Berlin, répertoriés par Förster (Handb.
Cact. 240. 1846).
Walpers (Repert. Bot. 2: 272. 1843) enregistre M. intertexta rufocrocea, mais sans aucune description.
Labouret (Monogr. Cact. 67. 1853) enregistre la variété M. stella-aurata minima Salm-Dyck.
Les deux variétés de Mammillaria subcrocea, anguinea et rutila (Walpers, Repert.
Bot. 2: 272. 1843) sont sans description.
Mammillaria elongata rufescens Salm-Dyck (Cact. Hort. Dyck. 1844. 12. 1845) n'a pas été décrite à l'endroit cité, alors que la variété straminea était un nom de jardin (Förster, Handb. Cact. 240, 1846).